En octobre...

Beaucoup de bougies ont été soufflées : 13 pour mon Café, 11 pour Caramel (l'aîné devait naître en novembre, le second en décembre, ils ont réussi à choisir le même mois... plus d'inquiétude à présent pour mes petits prémas, ils me dépassent allègrement dans pas mal de mesures...), 99 (quatre-vingt-dix-neuf !!!) pour la mémé de MisterT, 40 pour mon cousin-binôme (pour moi, un cousin par an de 1971 à 1980, sauf en 74 où nous fûmes deux, à six mois d'intervalle jour pour jour).

Une escapade en Auvergne pour fêter dignement (et un peu en avance) les quarantièmes rugissants dudit-cousin... C'était chouette de découvrir son cadre de vie, voilà des années qu'on ne s'était pas vus, juste parce qu'on ne prend pas le temps. On a été proches par le passé, s'écrivant beaucoup pour se raconter nos misères sentimentales pendant les années lycée-fac, et puis on s'est posé, assagi, on a fait chacun de notre côté des petits, en miroir, deux gars d'abord, et puis une petite fille chacun, nées à quelques jours d'écart. Là où nous avons choisi la campagne "raisonnée", avec accès rapide vers la ville, eux ont choisi l'air pur, l'altitude, l'éloignement absolu de la vie urbaine, une vie saine, pas toujours facile. Mais pour ce week-end à la météo inespérée, nous avons été sous le charme de la région, des grands espaces, de la lumière, et je me suis trouvée très émue en visitant la ville du Puy en repartant. Un lieu d'histoire et de spiritualité, départ pour Compostelle, et même si je me suis bien éloignée du Dieu qu'on m'a appris, j'ai senti très fort... les âmes des pèlerins ?

 

P1370788

P1370880

P1370847

P1380097

P1370797

 

Il y a eu d'autres festivités et invitations, un baptême, et puis cette fête d'Halloween que je n'affectionne pas tellement, mais que les enfants avaient tellement envie de fêter avec leurs potes du quartier... Un peu de trop plein, beaucoup de travail, beaucoup de fatigue aussi, trop vu les BP de plus en plus sinistres, un plâtre qui nous a bien enquiquinés (mais une fracture qui semble bien se consolider), des envies de calme et de volupté dans un automne somptueux qui nous venge de l'été...

Octobre est passé... et aujourd'hui, 1er novembre 2014, à 9 heures, j'étais sous le soleil et dans la rosée, et j'ai ramassé un grand bol de framboises avant d'aller finir ma récolte dans le figuier.